Un moyen de faire face à la précarité et d’aider les plus pauvres,

Par Thelma Jarry-Lerate, la Fabrique de l’Info, lycée Grandmont, 27 mai 2021.

En cette période difficile, il est primordial d’entretenir la solidarité entre citoyens. La Table de Jeanne-Marie agit dans cet intérêt. Mais quelles sont ses origines ? Quel est son fonctionnement, son concept, ses objectifs ? Où se situe-t-elle ? Comment en bénéficier ?

table

Copyright/ La Table de Jeanne Marie

Située au cœur de Tours, 65 rue Febvotte, La Table de Jeanne-Marie (TJM) a été créée en janvier 2016, à l’initiative de quatre associations : Emmaüs Cent pour Un, La maison de Saint Martin, Chrétiens migrants, RESF (Réseau d’Éducation Sans Frontières). Objectif : aider les plus pauvres, les loger, leur permettre l’accès à l’éducation, mais aussi à l’alimentation : c’est pour cela que la Table de Jeanne-Marie est née.

Depuis 5 ans, cet accueil de jour offre des repas chauds aux personnes en situation de grande précarité et aux migrants :  des petits déjeuners et des déjeuners, en deux services de 80 personnes environ, 7 jours sur 7 et toute l’année.

Elle est animée par 70 bénévoles, et ne compte aucun salarié.

Service à midi

Chaque jour, les bénévoles arrivent aux alentours de 9h30, puis les premiers bénéficiaires les rejoignent. Certains, comme Patrick, sont fidèles à l’association : «Je viens ici tous les jours», dit-il. La plupart d’entre eux ont des histoires de vie difficiles, et se retrouvent contraints de passer la nuit dehors, c’est donc un bonheur pour eux de profiter d’un petit déjeuner au chaud, avant de commencer la préparation du repas à 10 heures avec les bénévoles. 6 à 8 personnes sont nécessaires pour tout préparer.

Parmi elles, une référente qui organise le travail, une cuisinière et 4 ou 5 équipiers. Un premier service a lieu à midi, puis tout le monde s’unit pour laver la vaisselle, nettoyer les tables, puis les redresser pour le second service qui a lieu à 13h.

Les après midis, des activités culturelles (jeux, créations artistiques…) sont organisées jusqu’à 15h.

Les personnes accueillies, entre 110 et 160 par jour, doivent participer à la préparation du repas, au nettoyage en suivant un planning journalier. Afin de pouvoir bénéficier des repas et activités, une adhésion de 5 euros est demandée. Pour les personnes n’ayant pas la possibilité de fournir cette somme, ceux qui en ont les moyens paient plusieurs adhésions.

Solidarité entre bénéficiaires

Des liens se créent au cœur de l’association. Par exemple Abdullah, un Yéménite, répertorie dans son carnet tous ceux ne parlant ni français, ni anglais, deux langues qui sont pourtant nécessaires pour appeler le 115. Il se charge donc de passer les appels et de faire la traduction. Selon lui, «il faut appeler très vite car les places partent rapidement »

Malgré la crise sanitaire, ce lieu singulier continue d’exister et de venir en aide aux plus démunis. La Table de Jeanne Marie cherche des bonnes volontés : il n’est pas nécessaire d’être un grand cuisinier pour devenir bénévole, il suffit juste d’un peu de temps libre (au moins un jour par semaine de 10 heures à 15 heures). Alors, pourquoi ne pas participer ?

65 Rue Febvotte 37200 TOURS

 03 21 02 81 87

La Table de Jeanne-Marie sur Facebook