02 47 48 78 78
Avenue de Sévigné
CS 70414 - 37204 TOURS Cedex 03

La fabrique de l'info

Par Mohamed Majidi, la Fabrique de l’Info, lycée Grandmont –le 10 mai 2021.

Depuis janvier 2020 et les premiers cas de COVID-19, les mesures ont touché les lycéens par les nombreuses fermetures d’établissements. Le travail à distance s’est généralisé, ce qui a eu un impact psychologiquement sur les étudiants.

photo ordi

© Stocklib / Svyatoslav Lypynskyy

Le travail à distance a favorisé le décrochage, en France, mais aussi dans le monde entier

 

 Le travail à distance peut se faire par le biais de cours interactifs en classes virtuelles avec plusieurs plateformes telles que Zoom, le CNED ou BigBlueButton. Mais aussi par le biais de Pronote dans lequel les professeurs déposent leurs cours et les élèves choisissent le moment ou ils le travaillent.

Léa, élève de 16 ans au lycée Grandmont, nous confie que la visioconférence est le meilleur moyen de suivre les cours en distanciel. « Cela permet de mieux approfondir les cours et de poser plus facilement des questions », dit-elle. Cependant, « rien ne vaut les cours en présentiel car nous ne sommes pas tentés par nos téléphones », ajoute-t-elle.

De plus le manque de contact humain provoqué par le confinement provoque une certaine déprime et un début de décrochage scolaire chez elle. Un sentiment que beaucoup d’étudiants et lycéens partagent.

Selon le ministère de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports, deux élèves sur cinq de l’enseignement secondaire (collège et lycée) ont été démotivés suite au premier confinement à cause notamment du manque de vie sociale.

Les causes sont aussi liées à la précarité de certaines familles qui n’ont pas d’accès à internet ou à un ordinateur. Les élèves ne peuvent donc pas suivre les cours et assurer la continuité pédagogique, ce qui crée un décrochage.

Séances chez le psy

Des solutions ont étés mises en place par le gouvernement pour palier le problème des conséquences sur la santé mentale des jeunes. 10 séances gratuites chez le psychologue sont disponibles pour les enfants et les adolescents ayant entre 3 et 17 ans souffrant de troubles liés à la pandémie de COVID-19. Mais peu d’étudiants y ont recours.

Pour pallier le manque d’ordinateurs et de connexions Internet, certains établissements comme le lycée Grandmont prêtent des ordinateurs pour assurer la continuité pédagogique des élèves.

Le travail à distance a donc installé chez certains lycéens un sentiment de déprime et provoqué un début de décrochage scolaire voire un décrochage complet. Ce décrochage est dû au manque de contact social ou aux situations de précarités de certaines familles.

En France des solutions sont mises en place pour contrer ce problème. Dans le monde, 463 millions d’élèves n’ont pas pu avoir accès à l’enseignement à distance et ont donc décroché. Un défi qui concerne donc la France, et le monde entier.

       Par Matéo Petit, la Fabrique de l’Info, lycée Grandmont, le 12/05/2021

      Le club de football de Châteauroux, qui va descendre en National, vient d’être acheté par un fonds d’investissement saoudien. Les Saoudiens ont des vues sur d’autres clubs de l’hexagone.

      C’est une première en France. Le 9 mars dernier, un communiqué de presse a annoncé l’acquisition du club de football de Châteauroux (Indre) par le fonds d’investissement United World Group, propriété du prince saoudien Abdallah ben Moussaed, un proche de la famille royale.

      L’achat du club de la Berrichonne de Châteauroux par cet investisseur s’inscrit dans la continuité de ses actions : United World Group possédait déjà les clubs de Sheffield United en Angleterre, Al Hilal en Arabie Saoudite ainsi que les clubs du Beerschot en Belgique et le Kerala United FC en Inde.

      L’objectif du fonds d’investissement est de réunir des clubs évoluant en deuxième ou en troisième division afin de les amener dans l’élite du pays dans lequel elle évolue.

la berrichonne

Crédit : Le club de football de la Berrichonne sera désormais contrôlé par un fonds d’investissement basé en Arabie Saoudite   

Des vues sur Marseille et Bordeaux

      Le prince, qui a des actifs dans l’industrie du papier entre autres, veut mutualiser la formation de jeunes joueurs, et éventuellement faire germer des talents afin de les vendre à de plus grands clubs.

Dans le même communiqué, le fonds United indique que la Berrichonne représente un investissement « logique ». En effet la Berri est un club historique des championnats de France, Il fête ses 105 années de présence parmi les quarante plus grands clubs français. Son centre de formation est très renommé dans le milieu du foot. Plusieurs joueurs français sont passés par le club durant leur formation, comme le marseillais Florian Thauvin, l’ex-marseillais Morgan Sanson aujourd’hui à Aston Villa, ou encore Florent Malouda, finaliste du Mondial 2006 aux côtés de Zinedine Zidane.

          Achat anodin ou véritable stratégie d’influence de l’Arabie Saoudite ? Les Saoudiens affichent des prétentions grandissantes dans le foot.

          Le prince héritier Mohammed ben Salmane, dit MBS, et du fonds souverain saoudien sur lequel il a la mainmise, avaient tenté de racheter le club de Newcastle United en première division anglaise. Mais l’offre a vite été retirée à cause des hautes instances anglaises, hostiles à ce projet.

 La famille royale saoudienne semble avoir jeté son dévolu sur l’Olympique de Marseille, le club phocéen réputé pour l’engouement populaire autour de lui. Selon certaines sources, l’officialisation de la vente serait imminente. L’échéance fin mai- début juin est évoquée.

          En recherche d’un projet de reprise, le club des Girondins de Bordeaux attire aussi les regards des Saoudiens. Le dossier est suivi par le conseiller à la cour royale et président de l’Autorité générale des sports et des divertissements Turki Al Sheikh.

          L’Arabie Saoudite semble vouloir investir massivement dans le football pour concurrencer politiquement et sportivement ses voisins du Qatar, propriétaire du PSG, des Émirats Arabes Unis, qui détiennent Manchester City, champion d’Angleterre, et grand favori de la finale du championnat d’Europe face à Chelsea fin mai. 

La Fabrique de l'Info, activité pédagogique de la spécialité HGGSP4, animée et encadrée par Stéphane FRACHET , journaliste aux Échos et au Parisien et Gérard Urvois professeur de la discipline.

par Prévéraud Camille et Rondenet Valentine, la Fabrique de l’info, Lycée Grandmont,10 mai 2021

Pour éviter les écoulements des eaux pluviales sur le bitume, le revêtement des futurs parkings relais autour de la deuxième ligne du tramway de Tours sera perméable. Un atout pour favoriser la biodiversité.

image tram1

Ce sera une innovation de la future ligne de tramway La-Riche Chambray-les-Tours : les parkings relais habituellement bitumés seront remplacés par des parkings perméables.

Qu’est-ce qu’un parking perméable ? En installant des dalles de gazon, ou des pavés espacés, il génère l'infiltration des eaux pluviales, ce qui permet le retour de l’eau dans les sols grâce au ruissellement. La pousse des plantes est favorisée. Ces parkings perméables restaurent la biodiversité des sols et limitent l’artificialisation des sols.

Différents parkings relais vont être mis en place tout le long de la nouvelle ligne de tramway qui entrera en service en 2025.

Leur objectif premier sera d’inciter les automobilistes à accéder au centre-ville par le

tramway et ainsi désengorger le trafic dans l’agglomération tout en évitant des rejets de gaz à effet de serre.

Après la construction de la première ligne de tram mise en service en 2013, les villes de Tours, Joué-lès-Tours et la Métropole ont mis en place plusieurs parkings relais, comme par exemple à proximité du lycée Jean-Monnet à Joué-lès-Tours.

parking

Légende : Voilà à quoi ressemblera un parking perméable Crédit : Tours métropole Val de Loire

« L’avenir de ces aménagements ne rime pas avec béton mais plutôt avec gazon. »

L’esprit de cet aménagement urbain reste très vert. Cela passera par des plantations massives sur et autour des stations de tram, explique Sébastien Lopez, directeur du projet Tramway de Tours pour la société Transamo. Outre leur sol perméable, les parkings relais seront aussi végétalisés, autrement dit avec plus d’arbres et de bosquets.

Tours Métropole veut même recréer des îlots de forêts urbaines, explique Sébastien Lopez, beaucoup d’arbres seront plantés pour dynamiser et rendre ces parkings verdoyants et agréables notamment avec des espaces ombragés.

Des arbres fruitiers seront plantés, une bonne idée pour les futurs passagers et pour favoriser la présence des oiseaux à côté des voitures.

Par Valentin Vrillon et Nathan Bodin, la Fabrique de l’Info, lycée Grandmont, 10 mai 2021.

À partir du 10 mai et pendant environ un mois, vingt habitants de Tours, sélectionnés en amont, vont devoir se plier à un défi d'envergure : ne pas utiliser leur voiture. Une histoire très originale.

vélo

Source : Tours Métropole, Tours lance un défi au tout-voiture.

Peut-on vivre sans voiture ? C’est le défi lancé à 20 personnes par la métropole de Tours à travers son service de mobilité urbaine Fil Bleu. Il consiste à abandonner sa voiture du 10 mai au 4 juin.

            Pour aider à la réalisation de ce défi, Fil Bleu met le paquet. Il offre tous ses services gratuitement. Il fait également don d’équipements cyclistes avec le soutien de Décathlon, d’un vélo en partage Velocity, d’un abonnement à la SNCF/ Rémi, la possibilité de livraison de courses à domicile et enfin un an d’abonnement à certaines bibliothèques.

            Il s’agit de montrer « aux habitants toutes les possibilités offertes par la ville pour se déplacer », explique Christophe Boulanger, vice-président à la politique des Mobilités, dans une interview au magazine Le Point. Sur le site de Tours Métropole, Christophe Boulanger ajoute que « Les vingt participants pourront alors observer la complémentarité de tous les modes de transports, de l'autopartage au vélo en passant par la marche à pied et les transports en commun ».

« Oui, mais pas ce mois-ci »

            Comment la démarche est perçue au lycée Grandmont ? Une enseignante du lycée, qui tient à garder l’anonymat, estime qu’en habitant à Monts, au sud de la métropole, il lui serait impossible de venir au lycée dans un temps acceptable. « C’est une bonne initiative, mais pour moi, le premier arrêt de bus est à 3 km », remarque-t-elle. Elle se dit prête à prendre son vélo pour aller jusqu’à cet arrêt de bus pour rejoindre le lycée.

            « Pourquoi pas, j’habite à côté du réseau de transport, mais j’ai pris l’habitude d’utiliser ma voiture », témoigne une autre enseignante croisée dans la salle des professeurs. Elle se dit prête à franchir le pas et à laisser sa voiture durant un mois. « Mais ce mois-ci, impossible, j’ai besoin de ma voiture pour des raisons personnelles juste après les cours », admet-elle. 

            Globalement, ce défi est plutôt bien accueilli par la population tourangelle. Il y a donc une réelle motivation de changer les habitudes vis à vis de la voiture à Tours. Il ne reste plus qu’à passer à l’acte, et ça, c’est une autre histoire.

Par GIRAUD Nathan et VOISIN Ugo, la Fabrique l'info, lycée Grandmont, le 10 mai 2021.


 

Tours, une ville sujette aux cas de violence impliquant des mineurs, rejoint un phénomène d’envergure nationale.

Début février 2021, 4 adolescents de 15 ans ont été mis en garde à vue, soupçonnés d’avoir tabassé deux habitants de Joué-lès-Tours dans le tramway, un affrontement qui serait lié à des conflits entre jeunes de quartiers « rivaux ».
Tout est parti du vol d’un téléphone. L’histoire est racontée par le site de France Bleu Touraine. Ce fut une agression commise à l’encontre de deux jeunes victimes, habitant un quartier de Tours, par ceux d’un quartier dit « rival », près du lac de la Bergeonnerie à Tours.

tableau stat

Interpellés, les voleurs présumés sont soupçonnés de vols avec violence, et devront éventuellement faire face à un juge pour enfant.
Un groupe local de traitement de la délinquance a été créé à Tours et est dédié aux problèmes d’ultra-violence. Ce groupe est composé de représentants de la police ainsi que de la justice, ayant pour but d’échanger des informations, et étudier les raisons de ce phénomène en plein essor dans la métropole tourangelle selon Grégoire Dulin, procureur de Tours.

Le procureur de la République de Tours disait même : « Il y a parfois des mois où il ne se passe rien mais actuellement, tous les week-ends, on a des rixes entre bandes rivales à Tours ou dans la métropole ».

Ces rixes créent un sentiment d’insécurité chez les habitants qui sont exposés à ces violences, rixes.
Ce phénomène d’ultra-violence ne se limite pas qu’ à Tours puisqu’il s’agit d’une véritable banalisation de la violence chez les jeunes, on évoque même le terme « d’ensauvagement » : les rixes entre bandes, affrontements avec des agents de police, pompiers (en hausse de 21 % selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales), sont fréquents dans les banlieues de certaines grandes métropoles françaises (banlieue parisienne, lyonnaise, …).

Au niveau scolaire, la montée de l’ultra-violence inquiète, puisque beaucoup de cas impliquent des enfants de plus en plus jeunes, souvent au lycée ou au collège.

Le phénomène va-t-il franchir les grilles et entrer dans les établissements ? Le risque existe. Un lien peut être établi avec le cas d’Alisha, une collégienne de 14 ans, retrouvée morte dans la Seine à Argenteuil en mars dernier. Deux adolescents de 15 ans ont reconnu avoir agressé la jeune fille avant de la jeter dans le fleuve, un fait qui prouve encore la recrudescence de la violence chez les jeunes.

Sources:  Statistiques sur l’évolution de défèrement chez les mineurs, Le Nouvel Obs.


Par Riham El Aqari et Léa Brochard, la Fabrique de l’Info, lycée Grandmont, le 10 mai 2021.

Insécurité, tensions entre les forces de l’ordre et les jeunes, le ressenti des habitants face à cette situation délicate des quartiers de Tours.

sanitas

Légende : Les habitants des quartiers sensibles se disent à bout, épuisés, par des tensions grandissantes. (photo/Tours habitat, quartier du Sanitas , 15/07/2020)

Dans la métropole tourangelle, les affrontements entre bandes, les agressions physiques, verbales, les destructions de véhicules, les incendies de poubelles, les tirs de feux d’artifice, tout cela ne cesse d’augmenter. En particulier dans les quartiers dits sensibles.

Rassemblés sous le terme d’ultraviolence, ces faits sont inédits dans des quartiers défavorisés comme le Sanitas, ou comme plus récemment à la Rotonde, les Fontaines et la Rabière à Joué-les-Tours.

Les interventions policières ont augmenté. Et le sentiment d’insécurité chez les habitants a bondi, beaucoup se disent à bout, épuisés. Mais surtout une forte tension entre les forces de l’ordre et les jeunes de ces quartiers se développe. 

Pour enquêter sur cette ultraviolence, nous avons rencontré 3 jeunes issus de quartiers défavorisés. Pour des raisons de confidentialité, les prénoms de ces témoins ont été modifiés.

Sarah, 16 ans, réside dans un des quartiers sensibles de Tours. Elle se dit inquiète : « Je n’arrive plus à circuler librement dans mon quartier. Dès que je mets un pied en dehors de mon bâtiment, je me fais accoster par des hommes. Je reçois beaucoup de commentaires physiques tels que « mademoiselle, vous êtes jolie » ou d’autres plus obscènes. J’ai peur d’être agressée. Et je ne peux pas m’habiller comme je le souhaite à cause des remarques désobligeantes ».

Dans le témoignage d’une autre jeune femme, Shaïma, 17 ans, raconte des soirées « où la musique résonne à fond. Des jeunes n’ont plus peur de la police. Chaque jour, le désordre est insupportable avec des tours de voitures ou de motocross trop bruyants. C’est parfois très dangereux pour les passants et surtout les enfants ».

Pour Lucas, 18 ans, « les jeunes acceptent très mal la présence des forces de l’ordre dans leur quartier et se font entendre avec des manières violentes et c’est comme ça que les tensions naissent ».

Point d’orgue de ces événements, une affaire a été médiatisée le 1er avril. Ce jour-là, des affrontements ont opposé les forces de l’ordre et des jeunes du Sanitas. Des tirs aux mortiers de feu d’artifice ont eu lieu. Ce qui n’a fait qu’accroître le sentiment d’insécurité. A travers les témoignages recueillis, il ressort un point commun : la situation est si tendue qu’il est désagréable de vivre dans ces quartiers.

Par Assam Eda et Fraysse Alice, la Fabrique de l’Info, Lycée Grandmont.

terre du son

Parmi les artistes invités au festival de Terres du son, on retrouvera Grand Corps Malade, Feu Chatterton et Suzanne. Image issue du journal la Nouvelle République.

Un programme alléchant pour sortir de la morosité avec des artistes comme Grand corps malade, figure de la résilience.

En ces temps troublés par la pandémie de Covid-19, la musique qui fédère, qui génère du lien social a été mise à mal. Pour soutenir la culture et ses artistes, le festival de "Terres du son" à Monts n'a pas cédé, il est maintenu.

En tête d'affiche, Grand Corps Malade a confirmé sa participation. Ce chanteur, spécialiste du slam à travers des textes forts et sensibles, viendra faire le lien entre les générations. L'affiche comporte aussi de nouveaux visages de la chanson française tels que Suzanne, avec des chansons sur l'égalité et l'amour, Terrenoire, Pomme engagée pour l'environnement avec sa chanson les séquoias.

Au-delà de leurs textes engagés sur l'amour et l'environnement, ces artistes ont livré des morceaux plus actuels, en hommage aux soignants pour le groupe de pop Terrenoire, ou d'autres plus personnels influencés par les différents confinements.

Cet événement, qui a lieu tous les ans du 9 au 14 juillet au domaine de Candé, se maintient avec des conditions modifiées (lire par ailleurs notre article sur le festival face au Covid-19). Les organisateurs espèrent faire aussi bien qu'en 2019. Ils avaient convaincu 40 000 personnes, grâce à une programmation de haut niveau grâce à la venue d'Angèle.

Les billets sont disponibles le 11 mai 2021

Par ailleurs des aménagements sont mis en place pour garantir un festival "construit pour tous et avec tous», comme le souligne l'équipe de Terres du Son. Les personnes mal entendantes bénéficient par exemple de colonnes vibrantes sous le chapiteau. 

Sauver la musique pour sauver le lien social, c'est l'objectif et la priorité de TDS. En ces temps perturbés, toutes les actions comptent.

Toute la programmation sur https://terresduson.com/2021/.

INFOS PRATIQUES

Train à 4 euros

L'accès au site de Candé à Monts où se tiendra le festival Terres du Son du 9 au 14 juillet peut se faire de diverses manières : en navette Rémi la ligne est gratuite, et un trajet aller-retour en train coûte 4 euros dans le cadre d'un partenariat avec la région Centre Val de Loire.

 

A Tours, depuis le 29 octobre 2020, bars et restaurants gardent leurs portes et terrasses fermées, hormis quelques exceptions pour des livraisons et ventes à emporter. Les restaurateurs espèrent une prochaine réouverture d’ici le 19 mai 2021, la fin d’une longue attente.

Par Iris TAKESSIAN et Léa DÉBATS - Publié le 10 mai 2021 - La Fabrique de l’Info - Lycée Grandmont

place plumereau

Place Plumereau, à Tours jeudi 22 octobre • © Dominique Pouget - France Télévisions

Suite à la pandémie, de nombreuses conséquences ont transformé notre quotidien. Le milieu de la restauration est particulièrement touché par cette crise sanitaire : le chiffre d’affaires des bars et restaurants a chuté de 73% en Indre et Loire.

Patron de la brasserie La manufacture, Cyril Foulon estime dans une interview pour France 3 que ses pertes étaient de 30% avant le 2è confinement en octobre. Une situation "catastrophique" pour le gérant qui a déjà mis plusieurs de ses salariés en chômage partiel.

Réouverture à 30 ou 40 %.

De plus, selon Jean-Marie Gervais, représentant de l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie) "une réouverture totale fin juillet est un peu compliquée malgré nos espoirs de redémarrer. Le plus important pour nous c'est de rouvrir dans de bonnes conditions. Si on ouvre tôt et que l'on travaille à 30 ou 40% de notre capacité, ça ne sera pas rentable".

          D’après le témoignage de Mohamed, un lycéen de 17ans, la fermeture de ces établissements a brisé les habitudes des jeunes. « On avait pris l’habitude d’aller régulièrement boire un verre avec des amis. On a l’impression de passer à côté de notre jeunesse », explique-t-il.

            Les attentes pour cet été restent fortes. Dans un premier temps, l’accès aux terrasses sera autorisé, avec une jauge limitée. Cela permettra d’avoir un avant-goût de la vie après Covid sans distanciations et masques.

            La réouverture totale des bars et restaurants sans jauge limitée prévue pour le 12 juin 2021.

            Malgré les doutes et nombreux questionnements, l’enthousiasme se fait ressentir par tout le monde et redonne une once d’espoir aux jeunes ainsi qu’aux plus vieux.

« Ouvre les yeux Tours » un compte Instagram pour accuser les agressions faites à Tours.

Par  Mariano Manola et Deguin Margot, La Fabrique de l’Info, Lycée Grandmont.

 

« J’étais en mini short, un homme à vélo m’a chopé les fesses par derrière. J’ai juste eu le réflexe de crier « oooh» et il a dit «bah oui t’as qu’à pas t’habiller comme ça».im1

 

Un nouveau concept a été créé à New York par un compte Instagram «catscallofnyc» cherchant a dénoncer les agressions et le harcèlement de rue en écrivant à la craie sur les lieux d'agressions.

A Tours, un compte Instagram «ouvre les yeux Tours» s’est alors inspiré du compte de New York. L'idée : aider les victimes à se libérer, faire entendre leur parole et surtout sortir du silence.  Notre but est de fournir un endroit commun où chacun peut, s’il le souhaite parler de son expérience et permettre à d’autres de comprendre que cela peut arriver à tout le monde», explique une administratrice. Trois jeunes d’une vingtaine d’années sont à l’origine de ce groupe, elles préfèrent rester anonymes.

Ce compte ne perçoit aucun revenu. Il a pour but de dénoncer et faire prendre conscience aux habitants de Tours et aux autres villes que les agressions sont trop banalisées mais surtout que l’on peut se faire agresser n’importe quand et en tout lieu.

Pour eux, ce groupe permet de mettre la lumière sur un problème encore peu connu. "On veut vraiment faire ouvrir les yeux aux personnes de Tours et surtout aux passants" explique l'une des gérantes du compte.

 Le compte prend de plus en plus d’ampleur et atteint presque 6000 abonnés mais n’est pas encore assez connu des Tourangeaux et Tourangelles. De plus, dans leurs storys à la une il y a 5 pastilles avec des informations sur leur concept, leurs témoignages, des témoins, les actualités concernant la ville, et des services à contacter en cas de danger.im2

« Nous voulons montrer à ceux qui l’ignorent encore (et ce grâce à votre implication) qu’il est temps d’ouvrir les yeux», ajoute une administratrice de ce compte Instagram.

  

 

La Fabrique de l'Info, activité pédagogique de la spécialité , animée et encadrée par Stéphane FRACHET , journaliste aux Échos et au Parisien et Gérard Urvois professeur de la discipline.

©Amandine Lauriol

Sous-catégories

Contact blanc 40px Contacts
Avenue de Sévigné
CS 70414, 37204 TOURS Cedex 03
02 47 48 78 78
Fax administration : 02  47 48 78 29
Fax intendance : 02 47 48 78 89

Envoyer un Email

Contactez le lycée en fonction de vos besoins en consultant nos fiches de contacts

Avec le soutien de :

 Ministère de l'Éducation NationaleInspection Académique Orléans-ToursRegionCentreTOURS METROPOLElogotoursgreta-logo

Retour en haut