MonastèreGrandmont avant le lycée

En 1176, le roi Henri II Plantagenet fit don du "Bois Rahier" situé au sud de Tours aux moines de l'ordre de Grandmont qui laissèrent leur nom au Parc, mais l'orthographe de celui-ci varia encore beaucoup. Au XIXe siècle, après la dissolution de l'ordre en 1772 et la Révolution française, le parc est une propriété privée appartenant à la famille Lecointre.

En 1888, celle-ci le prête une première fois à la mairie. Ensuite, à plusieurs reprises la municipalité loue le parc puis finit par le racheter. Au lendemain de la 1ère guerre mondiale, une délibération du conseil municipal fixe définitivement son nom : ce sera Grandmont. Le château est utilisé pour des évènements particuliers comme l'exposition coloniale de 1923. Situé à l'écart mais relié au centre ville par le tramway, le parc de Grandmont devient un espace de loisirs pour les Tourangeaux qui viennent y profiter, notamment en fin de semaine, d'un coin de verdures aux portes de la ville. Il acquiert progressivement sa vocation scolaire. Le parc municipal devient en 1925 un jardin d'enfants et une garderie. En 1935, des fêtes champêtres sont organisées pour les enfants venant des différentes écoles de la ville pour la kermesse des écoles. Cet usage perdurera jusque dans les années 1950.

ChâteauGrandmont devient le lycée

Dans les années 1950, l'enseignement du second degré doit faire face à la croissance de la population scolaire et doit mettre en place de nouveaux projets. Il est décidé d'ouvrir un nouvel établissement à Tours. La ville propose à l'Etat le site de Grandmont. Les travaux débutent en février 1959 et avancent rapidement. A l'été, deux bâtiments sortent de terre et la première rentrée peut se faire en septembre 1959 avec simplement quelques jours de retard sur le calendrier. La construction de la cité scolaire va servir de pôle d'urbanisation des espaces alentours, avec notamment la construction du quartier Montjoyeux. Le château d'origine est finalement détruit en 1961 pour laisser place à de nouveaux bâtiments.

La première année le lycée accueille 600 élèves, répartis en 24 classes, dont 120 filles car dès l'origine le lycée est mixte à la différence des anciens établissements de la ville ; ce qui ne manqua pas de faire jaser. Toutefois, l'internat des filles n'ouvre qu'à partir de 1962 et en attendant les demoiselles doivent aller dormir à l'auberge de jeunesse, également construite dans le parc.

L'établissement se développe rapidement. Il compte dès la seconde rentrée 950 élèves. En 1977, la Cité scolaire est scindée en trois établissements : le lycée Grandmont (général et technologique), le Collège Jean-Philippe Rameau et le lycée d'enseignement professionnel Victor Laloux.
Elle prend fin en 1998 et les trois établissements deviennent alors totalement autonomes.

Par Emilie, Coralie, Justine, Manon, Gauthier, Jules, Alexis, Julien... (élèves de 633) avec l'aide de M. Perrin